119942856_198798801620042_29764250733481

En art, il n'y pas de vérité absolue, tout est perfectif et relatif, il arrive parfois de toucher cet état de grâce, de posséder l'arme, une œuvre pleine, sans concession, absolue.

Mais chacun aura le loisir d'ignorer cet état de fait d'un revers de la main.

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Ma démarche : Déterritorialisations et Dé-temporalisations

 

La déterritorialisation est un concept créé par Gilles Deleuze et Félix Guattari dans L'Anti-Œdipe en 1972 qui décrit tout processus de décontextualisation d'un ensemble de relations qui permet leur actualisation dans d'autres contextes. Devenu également concept de géographie culturelle, il désigne le fait de rompre le lien de territorialité entre une société et un territoire.

 

Déterritorialisation :

Je cherche des territoires d'expressions à "reterritorialiser" toujours en expansion.

Créer des univers possibles, des lieux graphiques hors du temps où je bouleverse la technique, les règles pour mieux les transcender, bafouer la perspective pour réinventer les codes, m'amuser avec les incrémentations troublant ainsi la notion temporelle et de réalité (s).

J'aime l'idée d'images qui ne peuvent s'incarner en 3D.

Je joue avec des motifs décoratifs, des formes géométriques, des symboles, des dessins de tribals, des cartographies numériques et météorologiques, des utilisations de technologies d'imprimeries anciennes.

 

Dé-temporalisation :

Glissements temporels allant d'un passé recomposé vers un futur antérieur ou un futur possible. Présent dé-temporalisé, à rebrousse temps (P.K.Dick). De quelle réalité parle t'on?

Mes images je les veux plates, en couches successives, en strates, incrémentées, imprimées dans le souvenir et j'intègre de la poussière comme si c'était des vieilles diapos retrouvées dans un espace temps improbable. J'aime l'idée d'images qui ne peuvent s'incarner en 3D.

Après la déterritorialisation et la Dé-temporalisation, j'explore un nouveau territoire d'investigations, avec toujours à l'idée des glissements temporels et techniques. Mais là, je propose des éléments organiques, minéraux, cartographiques, un design que j'appellerai "bactérisme" ou "Amoebisme" en quelque sorte, une géographie minérale et infiniment petite rejoignant des espaces techniques d'imprimerie.

Artefacts moirés : Paysages urbains détemporalisés en intégrant des artefacts multiples dans des technicités d'impression et de reprographie classique, informatiques et autres interventions aléatoires. 

On prolonge, on transforme, on bafoue, on intègre des héritages mais on est pas des créateurs mais des faiseurs, quand bien même cela puisse toucher l'excellence le cas échéant, on fabrique, rien de plus.​​

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

J'aime particulièrement l'incrémentation des prises de vue, les dissonances chromatiques... et le romantisme camouflé...

Claudio Malatesta  (Photographe, musicien, traducteur)

Tes cartographies relèvent d’une approche visionnaire de l’idée même de voyage, dont la carte est comme la trace anticipée, où se mêlent l’assomption du parcours et sa déclinaison poétique sur l’horizon intérieur. 

Bruno Heuzé  (Artiste musical, multi instrumentistes,  journaliste, revue "Chimères", Keyboards...)